J.-P. Pourtois et H. Desmet

Relations Ecole/Famille/Institution – Co-éducation – Cités de l’éducation

Co-éduquer au sein d'une Cité de l'Education (1329)

Une Cité de l’éducation doit être vue comme une unité de vie au sein de laquelle l’éducation est l’affaire de tous. On y pratique la co-éducation visant l’émancipation des enfants et des adultes en vue d’un avenir collectif favorable.

Le séminaire a pour objectif de répondre à sept questions que se poseront tous ceux qui sont désireux de pratiquer la co-éducation au sein d’une Cité de l’éducation :

  1. Qu’est-ce qu’une Cité de l’éducation ?
  2. Pourquoi une Cité de l’éducation ?
  3. Comment agir au sein d’une Cité de l’éducation ? C’est ici que seront explicités la démarche de co-éducation et les outils développés dans ce cadre.
  4. Quels processus sous-tendent la mise en œuvre d’une Cité de l’éducation ?
  5. Quels sont les acteurs d’une Cité de l’éducation ?
  6. Quelles sont les spécificités d’une Cité de l’éducation ?
  7. Comment créer une Cité de l’éducation ?

 

Lire la suite...

Pourtois J.-P. et Desmet H

Relations Ecole/Famille/Institution – Co-éducation – Cités de l’éducation

Stimuler le langage de l’enfant de 3 à 6 ans par la co-éducation. (1061)

Le linguiste français, Alain Bentolila, publiait récemment le résultat de recherche suivant : à la rentrée en première année primaire, des enfants disposent de 600 mots de vocabulaire, d’autres en possèdent 1800… Les jeux sont déjà faits car on sait que le langage est un puissant facteur de discrimination scolaire puis sociale.

Comment remédier à ces inégalités ? L’important est d’agir précocement, de 3 à 6 ans (voire dès la crèche). Les formateurs ont été responsables d’une recherche-action intitulée « Parents partenaires de l’éducation » menée durant cinq années dans des classes maternelles. Des fascicules de langage ont été créés sur base des expériences des institutrices et en fonction de taxonomies scientifiques. Les fascicules étaient utilisés en classe puis étaient distribués dans les familles. Cette co-éducation école-famille a permis d’observer des gains de langage importants.

Les buts du séminaire sont de présenter l’outil de langage élaborée, de développer la méthodologie employée et d’examiner les résultats de l’évaluation de son utilisation. Par ailleurs, il est intéressant de montrer que l’élargissement du partenariat école-famille à toute la communauté (CPMS, CPAS, AMO, Maison de quartier, Centres culturels et sportifs, Plans de cohésion sociale, Régie de quartier, bibliothèque, ludothèque… est d’un apport considérable.

Lire la suite...

Meirieu Philippe

Relations Ecole/Famille/Institution – Co-éducation – Cités de l’éducation

Parents - Enseignants : une nécessaire alliance pour l'enfant (181)

Nous assistons, dans notre société, à une montée de l'individualisme : les acteurs sociaux, sans véritable référence commune, développent des stratégies individuelles qu'ils croient justes et bénéfiques pour eux. Ils font de moins en moins confiance aux institutions et développent des suspicions permanentes à l'égard des autres acteurs qui oeuvrent près d'eux. Ainsi, il arrive que des parents, dans ce qu'ils pensent être l'intérêt de leurs propres enfants, se comportent en "clients" à l'égard de l'école ou des structures de travail social, exigeant "un service" et changeant d'interlocuteurs s'ils n'obtiennent pas satisfaction. Parfois, au contraire, les parents s'en remettent à ces partenaires et considèrent qu'ils les exonèrent de leurs responsabilités éducatives. De leur côté, les éducateurs professionnels se replient parfois sur des logiques corporatistes et pensent les parents, selon les cas, comme des gêneurs interventionnistes ou des démissionnaires. Au bout du compte, il arrive souvent que ce soit l'enfant qui fasse les frais de cette absence de communication et de véritable collaboration... Or, pour faire face aux défis éducatifs de la post-modernité et dans un monde à l'avenir incertain, il est essentiel que tous les éducateurs, dans le respect de leurs spécificités réciproques, apprennent à travailler ensemble. Ainsi la famille, l'école et les "tiers lieux" (associatifs, culturels, sportifs, thérapeutiques...) pourront-ils constituer les trois piliers d'un développement harmonieux des enfants, articulant la possibilité de se construire comme sujets et de s'engager dans des collectifs solidaires. Comment avancer vers cette co-éducation entre des instances complémentaires ? Comment, concrètement, favoriser une véritable alliance pour l'enfant et l'enfance ? Comment travailler en commun pour que ceux qui nous succéderont puissent assumer ensemble leur futur ?

Lire la suite...

Guillot Gérard

Relations Ecole/Famille/Institution – Co-éducation – Cités de l’éducation

Ecole et familles : quelles nouvelles valeurs communes ? (183)

Ecole et familles ont eu traditionnellement des objectifs communs comme la réussite scolaire des enfants, mais avec souvent des valeurs de référence en conflit. Aujourd'hui, du fait des mutations de notre monde, elles ont à construire des valeurs communes pour une éducation partagée susceptible de préparer les enfants aux nouveaux défis qui les attendent. En effet notre société se caractérise par : l'économisme dominant et les précarités qu'il provoque, le déficit du symbolique et du politique, la montée de l'individualisme, l'adolescentrisme, la diversification de la structure familiale, l'influence médiatique, la crise du temps et de l'autorité, la remise en question de l'école, une culture de l'immédiateté, la fragilisation du lien intergénérationnel, la confusion des rôles psychosociaux, et, par conséquence, le manque de repères chez les enfants. Enseignants, parents, éducateurs sociaux ont à assumer au quotidien, dans leur spécificité respective, une posture adulte responsable et solidaire. Une éthique alternative du respect et de la coopération est nécessaire dans une logique sociale de la compétition des intérêts. Elle requiert : une déterritorialisation de l'imaginaire éducatif collectif, des projets partenariaux d'actions concrètes libérant et structurant la parole de l'enfant, prévenant ses difficultés. La notion de compétence est à repenser. Une transmission démocratique vivante et concertée doit se substituer à une transmission patrimoniale académique et inégalitaire.

Lire la suite...

Meirieu Philippe

Relations Ecole/Famille/Institution – Co-éducation – Cités de l’éducation

Droits de l’enfant et devoir d’éducation des adultes (257)

En novembre 2009, la Convention internationale des droits de l’enfant aura vingt ans. Si nos pays occidentaux ont vu et voient encore le sort de nos enfants s’améliorer, nous n’en restons pas moins devant des défis que nous devons continuer à relever ensemble. En particulier, le droit à une véritable éducation, globale, articulant étroitement famille, école et tissu social, doit être garanti à chacune et à chacun. Comme l’indique la Convention, chaque enfant doit être, en même temps, reconnu comme spécifique, protégé en raison de son statut particulier et traité en sujet humain inscrit dans un environnement qui participe à son développement. Chaque enfant doit disposer d’un cadre éducatif optimal et pouvoir être entendu pour ce qu’il est... La Convention internationale des droits de l’enfant peut ainsi être revisitée afin de permettre de mieux affiner et opérationnaliser les objectifs ambitieux de l’opération Charleroi, Cité de l’Education et de l’Action sociale Eduquons ensemble.

Lire la suite...

Pourtois J.-P. et Desmet H

Relations Ecole/Famille/Institution – Co-éducation – Cités de l’éducation

Enseignants-parents : du conflit à la co-éducation (1116)

Entre l’école et la famille, les tensions et les conflits sont parfois vifs. L’histoire a fait que ces deux milieux principaux de la vie de l’enfant restent des entités isolées, qui ne travaillent pas de concert à l’éducation de l’enfant.
Or, nous avons montré dans une récente recherche-action intitulée « Parents partenaires de l’éducation » que la co-éducation école-famille aboutit à des résultats très positifs pour l’enfant, pour sa famille et pour l’école.
Si la co-éducation se réalise entre la famille, l’école et la communauté pour former une véritable Cité de l’éducation, le bénéfice s’accroît encore.

Le séminaire propose d’examiner les fondements conceptuels, la méthodologie, la didactique, les apports d’une telle approche qui crée du lien, donne du sens à la vie et stimule le pouvoir d’agir de chaque partenaire. Il développera aussi le matériau qui a servi de base à la co-éducation : la stimulation du langage des enfants de 3 à 6 ans. La co-éducation se veut une approche respectueuse de tous les partenaires et vise l’émancipation des enfants et des adultes.

 

Lire la suite...