Mauroy M.C.

Neuropsychologie

Quel est l'effet de la bientraitance sur le cerveau humain et particulièrement celui du petit enfant ? (540)

Des neurologues, éthologues, psychiatres (De Wall, Barudy) défendent l'hypothèse que la bientraitance, processus qui allie soins, protection, bienveillance et éducation a été et reste fondamentale pour la survie de l'espèce humaine. J. Barudy souligne que "les origines de la bientraitance viennent des profondeurs de notre nature d'animaux sociaux".

Jusqu'il y a peu, ces écrits se basaient sur des recherches alliant observation de type sociologique, éthologique, psychologique, médical.

Depuis une dizaine d'années, des découvertes de la neurobiologie, de l'imagerie du cerveau apportent un éclairage sur ces observations et dans bien des cas, les découvertes viennent confirmer les observations antérieures.

Parmi ces nouvelles découvertes, seront examinés :

  • l'action de l'empathie sur le développement du cerveau et l'acquisition des connaissances ;
  • la découverte des phénomènes de l'épigénétique notamment dans la compréhension de l'impact du stress ;
  • les neurones miroirs ;
    le rôle du système limbique dans l'expression , la compréhension, la perception des émotions comme l'agressivité, la peur, le plaisir, la tendresse ;
  • la chimie de la frustration, du plaisir ;

Défendre l'idée que la bientraitance est un des socles fondamentaux de la pédagogie ne va pas toujours de soi. Cela va parfois à l'encontre d'une forme de pensée unique actuelle qui fait la part belle aux valeurs matérielles et marchandes . Il importe de rappeler que les besoins de l'enfant dépassent de loin la sphère matérielle.

Lire la suite...

Cyrulnik Boris

Neuropsychologie

Pandémie et cerveau social (1551) + la séance des questions / réponses

Un cerveau ne peut être que social.

Quand un cerveau est placé en isolement sensoriel, les zones non stimu-lées s’atrophient. Un tel cerveau, quoique sain, devient dysfonctionnel par privation d’altérité. Il perçoit un monde altéré et ressent toute infor-mation comme une agression. Ce trouble acquis provoque des difficultés d’apprentissage et des troubles relationnels. La pandémie, en exigeant l’isolement, protège physiquement les organismes mais altère gravement les psychismes. Les réactions sont différentes selon l’acquisition anté-rieure de facteurs de protection ou de facteurs de vulnérabilité. C’est ain-si qu’à la sortie du confinement, on note une aggravation des inégalités sociales.

Lire la suite...

Sajus Nicolas

Neuropsychologie

L’empathie : nouveaux enjeux éthiques à l’heure de l’intelligence artificielle (1513)

Au départ, les robots étaient des machines créées pour aider l’homme à exécuter certaines tâches les plus difficiles. Progressivement, l’intelligence artificielle a transformé la science-fiction en réalité par la fabrication de robots dits intelligents. Ces derniers (Robot Nao entre autres) sont utilisés auprès des personnes âgées, des enfants autistes, des sujets schizophrènes.

Ces robots via l’intelligence artificielle prennent une place grandissante. La communication humaine avec des êtres inanimés est totalement nouvelle dans notre rapport au vivant. Il est même évoqué depuis peu partout dans le monde par les scientifiques le concept d’« empathie artificielle ». Ce nouveau paradigme pose certaines questions éthiques sur le concept même d’empathie.

Lire la suite...

Demonty Benoit

Neuropsychologie

L'empathie, comment la pratiquer ? (1526)

Ces dernières années, l’empathie a suscité un regain d’intérêt. Alors qu’il semblait qu’on eût tout dit sur le sujet, des spécialistes découvrent ses bases neurobiologiques, en retracent la genèse (l’empathie serait présente dès la naissance au moins), réaffirment son importance dans la relation d’aide tout en attirant l’attention sur les risques d’un « excès » d’empathie (l’usure de compassion), annoncent que c’est la qualité essentielle dont le XXIème siècle aura besoin, voire proposent de s’en méfier !

Lors de ce séminaire, l’intervenant fera le tour des principaux nouveaux contours et détours de l’empathie

Lire la suite...

Cyrulnik Boris

Neuropsychologie

L'environnement sculpte le cerveau et construit l'avenir de nos enfants (1552)

Il y a cinquante ans que l’on sait que le cerveau est sculpté par son envi-ronnement. Mais la pensée binaire occidentale nous menait à penser qu’un cerveau dans sa boîte crânienne est coupé du milieu. Depuis l’ex-plosion des neurosciences, on sait filmer comment le simple fait de par-ler à un bébé âgé de quelques mois active une zone de son lobe tempo-ral gauche et le prépare à devenir la zone du langage. La privation affec-tive d’un enfant ne stimulant plus ses deux lobes préfrontaux provoque une atrophie et les troubles de la mémoire et des émotions que cela en-traîne. Le contexte géographique modifie la sécrétion des hormones qui entraînent des comportements affectueux et parentaux différents.

Lire la suite...

Cyrulnik Boris

Neuropsychologie

L'homme est-il un animal comme les autres ? (1489)

Tous les êtres humains sont issus de la fusion de deux cellules sexuelles, ce qui donne un bénéfice adaptatif. Puis nous devenons des mammifères aquatiques car, pendant neuf mois, nous baignons dans un liquide amniotique et percevons le monde avec des branchies. Après la naissance, au cours des interactions précoces, nous avons besoin de lait pour survivre et d’affectivité pour être sécurisés. Mais dès que nous débarquons dans le monde aérien, notre cerveau façonné par le milieu est préparé à transformer les sons en phonèmes dont l’association donnera des mots.

Dès lors, nous quittons le monde de la biologie pour entrer dans celui des représentations verbales et des récits. Quand nous habitons les récits que nous inventons, notre cerveau et notre biologie sont structurés par la culture que nous avons inventée.

Lire la suite...

Cyrulnik Boris

Neuropsychologie

Je suis victime (1567)

Un crash, une bombe, un incendie : les professionnels sont sur place… mais ce ne sont pas les seuls : politiques, média et volontaires bénévoles en tout genre envahissent le lieu. Les dispositifs d’urgence se transforment en une grande mascarade. La logique du soin semble ensevelie sous une logique financière, politique et médiatique… Le blessé psychique devient alors Victime.

Dans les coulisses du trauma, se joue en filigrane un autre drame, plus durable, difficilement cicatrisable, celui de la victimisation.

Au nom de la reconnaissance et de l’accompagnement, des thérapies express abandonnent le blessé sous le feu des projecteurs et des micros, au détriment de ses véritables besoins. Professionnels limités, disposant de peu de moyens et empêchés de travailler, cellules d’urgence médico-psychologique se multipliant à tout va, maintien en haleine des téléspectateurs : car oui, le drame est devenu spectacle ; la victime, le nouveau héros contemporain ; le drame, une prescription de deuil national. « La victimisation m’a tué » ou l’impensable exploitation du trauma entre dénonciation, mise au point et appel à la conscience générale, tant pour le blessé que pour notre société.

Lire la suite...

Cyrulnik Boris

Neuropsychologie

Créer un attachement sécure pour son enfant (1566)

La petite enfance (0-6 ans) mérite notre intérêt et notre engagement.

Boris Cyrulnik nous ouvre grand les fenêtres sur le monde de la prime enfance, en offrant un regard, connaissances et pratiques en matière d'attachement, de développement, d'émotion, de sommeil, d'alimentation, de besoins, de jeu, d'humour, d'éducation, de société et de famille. De quoi nous inviter tous à repenser autrement la petite enfance et à renouveler notre manière d'agir et d'être auprès des jeunes enfants.

Il va nous expliquer comment la préciosité et l'enjeu des premières années de vie prennent toute leur importance !

Lire la suite...