Nicolas Sajus

Troubles, traumatismes, maltraitance, suicide…

Harcèlement et violences psychologiques. (1281)

Harcèlement et violence psychologique sont des thématiques dont l’actualité surabonde actuellement. Alors qu’aucune sémiologie clinique - même dans le cadre de la classification des maladies mentales - ne le définit, un « nouveau diagnostic » émerge : « le pervers narcissique ». Ne serait-ce pas un diagnostic sociétal qui traduirait de nouveaux fonctionnements humains ?

Ces questions interrogent à la fois les enfants, les adolescents à l’école, les réseaux sociaux, le couple, les rapports hiérarchiques, voire l’institution.

Elles interrogent également notre culture et les liens humains au sein de cette même culture.

Au cours du séminaire, les concepts de harcèlement et de violence psychologique ainsi que la notion de co-construction de la relation seront analysés. Les traits de personnalité qui construisent ces relations et les modes communicationnels qui peuvent être pertinents d’utiliser seront envisagés.

 

Lire la suite...

Nicolas Sajus

Troubles, traumatismes, maltraitance, suicide…

Adolescence et conduites addictives. (1280)

L'adolescence est une période de mutation, de métamorphose. Elle s’accompagne de nombreux changements psychiques, physiques, physiologiques et existentiels. C’est une période d’éveil à la curiosité, à la réflexivité. Elle constitue également une phase de transgressions, de prises de risque et de défi durant laquelle le jeune recherche de nouvelles expériences associant souvent une certaine opposition aux règles établies.

Les conduites addictives pourraient traduire ces nouveaux symptômes de la dysfonction du lien d’attachement qui semblerait interroger l’évolution de notre civilisation. Notre société serait-elle dans des liens plus dépendants au sens large du terme ?

Le projet européen d'enquêtes scolaires sur l'alcool et les autres drogues (ESPAD ou European School Project on Alcohol and other Drugs) permet de recueillir des données comparables pour chacun des pays, sur la consommation de drogues chez les élèves âgés de 16 ans et de la documenter. Les deux dernières enquêtes 2011 et 2015 mettent en évidence l’augmentation des consommations de substances.

Aussi, quel sens donner à ces phénomènes ?

Comment accompagner les adolescents ?

Quels sont les enjeux de prévention ?

 

Lire la suite...

Cyrulnik Boris

Psychopathologie : troubles, suicides…

Les suicides d'enfant (448)

Un enfant qui se donne la mort se suicide-t-il ? Ontogenèse du mot "mort". Neurobiologie de la vulnérabilité acquise. Appauvrissement de la niche affective.

Lire la suite...

Cyrulnik Boris

Psychopathologie : troubles, suicides…

Le murmure des fantômes. (445)

Comment comprendre la transmission non verbale à travers les générations : biologie des fantômes. Murmure des fantômes. Rhethorique du déni.

Lire la suite...

Trappeniers Eric

Psychopathologie : troubles, suicides…

Les violences conjugales. (317)

Eric Trappeniers exposera les différentes théories en thérapie de couple à partir d'une simulation d'un premier entretien de couple. Il montrera comment comprendre et faire comprendre que, dans un contexte relationnel, un symptôme apparemment individuel est rarement celui d'un individu mais la plupart du temps celui d'un lien. Il montrera également comment employer avec humour et chaleur les règles dysfonctionnelles d'un système thérapeutique pour ouvrir à des membres de nouveaux possibles. Une place prépondérante sera réservée pour un débat avec les participants.

Lire la suite...

Cyrulnik Boris

Psychopathologie : troubles, suicides…

Mémoire traumatique (542)

Au cours d'un développement sans problèmes majeurs, nous mettons très peu d'événements en mémoire.
Quand une déchirure traumatique survient l'amnésie est très rare. C'est presque toujours une hypermémoire qui s'imprègne dans le cerveau.
Quand le syndrome psycho-traumatique fixe la mémoire épisodique, le sujet est toujours prisonnier du passé. Mais quand la mémoire est vivante, donc évolutive, on peut remanier la représentation de son passé, on peut agir sur son monde mental ou sur sa culture.

Lire la suite...

Jean-Pierre Pourtois et Huguette Desmet

Psychopathologie : troubles, suicides…

Les multiples facteurs de la maltraitance (1117)

La maltraitance infantile, passive ou active, sur fond de violence intrafamiliale constitue l’une des grandes inquiétudes de la société contemporaine. Depuis les années 70, les travaux menés dans le domaine sont de plus en plus rigoureux et proposent un champ de définitions dynamiques. Des modèles explicatifs, recherchant les facteurs de risque de maltraitance, foisonnent aujourd’hui.
Le séminaire proposera de dresser un aperçu de différents modèles explicatifs. Des modèles endogènes qui, par définition, situent à l’intérieur de l’individu l’explication des comportements violents seront distingués des modèles exogènes qui font appel à des facteurs externes pour expliquer les faits de maltraitance. De chaque modèle seront alors dégagés les facteurs de présage de maltraitance.
En fin de compte, un bilan de l’ensemble des facteurs de risque relevés par les différentes approches sera réalisé et une grille d’évaluation reprenant la totalité des éléments susceptibles de favoriser l’occurrence de comportements violents sera proposée. Il sera aussi intéressant de placer en perspective le modèle des douze besoins psychosociaux (Pourtois et Desmet, 2004) avec les apports des modèles explicatifs de la maltraitance afin de fixer une base à un programme de prévention de la maltraitance.

Lire la suite...

Anaut Marie

Troubles, traumatismes, maltraitance, suicide…

Traumatismes et maltraitances psychologiques dans les familles. (223)

Si les critères de violences physiques intrafamiliales sont à l’heure actuelle bien connus, il n’en est pas de même des maltraitances d’ordre psychologique dont les contours sont plus difficiles à cerner. Lorsqu’ils ne sont pas associés à des violences physiques, les mauvais traitements psychologiques trouvent des formes d’expression plus insidieuses : humiliations, injures, rejets affectifs ou liens pervers … Ces maltraitances silencieuses, parfois installées dans la durée, sont à l’origine de bien des souffrances indicibles. Quelles sont les incidences pour les personnes et les familles confrontées à ces pathologies des liens familiaux pervertis ? Nous proposons de discuter des formes de maltraitances psychologiques, d’en délimiter les contours, à partir des principales approches psychologiques qui tentent d’en rendre compte.

 

Lire la suite...

Ostermann Gérard

Troubles, traumatismes, maltraitance, suicide…

Troubles de l'attachement : source de vulnérabilité addictive. (515)

La théorie de l'attachement, élaborée par John Bowlby (dès les années 50) et ses successeurs, met l'accent sur une approche relationnelle de la construction psychique de l'être humain.

La théorie sur l'attachement décrit l'importance de la relation précoce qui se développe entre le nourrisson et le principal donneur de soins. Avec la psychanalyse, c'est le singulier, l'intrapsychique qui est central ; avec la théorie de l'attachement, c'est la création du lien. Le principal message de John Bowlby est certainement que «le lien n'implique pas un état de dépendance, mais au contraire qu'il peut constituer un facteur d'ouverture, de socialisation».

L'insécurité de l'attachement peut constituer une vulnérabilité addictive. Le choix de l'objet d'addiction n'est pas sans signification...

Peut-on faire de l'attachement le phare de tout un système ?

S'il y a un message fondamental des théories de l'attachement c'est que l'indépendance est une illusion idéologique : nous ne sommes jamais indépendants. Nous sommes tous interdépendants.

On peut avancer que la théorie psychanalytique est une métapsychologie de l'absence et que les théories de l'attachement constituent et de façon complémentaire une métapsychologie de la présence.

Face à des situations à la fois cruelles et de longue durée ce sont les nourritures affectives qui comptent. Attachement et résilience nous aident à penser l'espace thérapeutique.

 

Lire la suite...